«En début de placement, le choc a été terrible. Y’avait que des exigences et des règlements toute la sainte journée. Fais ci, range ça, va par là, parle pas comme ça… J’avais l’impression qu’on me prenait pour un nain et j’arrêtais pas de péter un câble.

J’en étais malade et j’voulais retourner chez ma mère pour être peinard. Mais le week-end de liberté était repoussé à chaque fois parce que je ne progressais pas qu’ils me disaient. Je leur répondais que c’était impossible, que de toute façon, j’y arriverai jamais, qu’ils me garderont là éternellement. Eux, ils avaient toujours la même rengaine, tu peux le faire, essaie encore.»

 

 

L’accueil en foyer permet d’aider les adolescents en difficulté à travailler sur leur capacité à résister et à faire face aux épreuves de la vie. Parmi les jeunes que nous accueillons, beaucoup ont grandi dans un cocon protecteur, avec peu de limites et donc peu de frustrations à gérer. Certains refusent de passer la porte de l’âge adulte – trop exigeant et confrontant – et développent de l’anxiété qui les amène à se victimiser. D’autres veulent continuer à vivre bercés par la douceur du monde de l’enfance. Pour eux, c’est un combat quotidien de lutter contre les habitudes, les pensées et les croyances qui les maintiennent captifs d’une situation dans laquelle ils ne peuvent pas mûrir. Nous accueillons chacun de leurs progrès avec bienveillance et essayons de transformer les fréquentes rechutes en opportunité d’apprendre pour progresser.


Extrait du rapport d'activité 2018

Retour aux publications